GR 5 de Thonon-les-Bains à Chamonix

La grande traversée des Alpes

Récit de la première session du 24 août au 1er septembre

Samedi 24 août :

Pour ce séjour, le rendez-vous était fixé à Thonon-les-Bains samedi en fin de journée.

Quatre participants avaient opté pour un trajet en avion de Bordeaux à Lyon, puis par le rail jusqu’à destination, alors que les deux autres ont rejoint Thonon-les bains depuis Chamonix où ils avaient laissé leur voiture après une semaine de découverte de la région.

Finalement tous arrivèrent par le train à 13 h 30.

Un des grandes orgues de la basilique et l'accès direct à l'église Saint-Hippolyte

Après s’être installé dans l’hôtel à proximité de la gare, le groupe a pu découvrir le centre-ville de Thonon-les-Bains, et plus particulièrement la basilique Saint-François-de-Sales (XXe siècle) communiquant avec l’église Saint-Hyppolyte (XIIe siècle).

Le château Ripaille précéda la contemplation du lac Léman depuis le belvédère.

Après quelques courses pour les pique-niques des deux premières étapes, le groupe profite du dîner à l’hôtel, et d’une bonne nuit de sommeil.

Effet de lumière sur les vitraux de la basilique Saint-François-de-Sales
Le lac Léman depuis le belvédère
THONON-les-BAINS - VINZIER

Dimanche 25 août :

Le premier petit déjeuner du séjour est apprécié de tous, mais il ne faut pas traîner, alors le groupe se met en marche à 8 heures. Le GR quitte rapidement la zone habitée et traverse la forêt communale de Thonon, appelée Bois de Ville et se poursuit sur une partie commune avec le GR appelé « Le balcon du Léman ».

Le bois de Ville
Le Lac depuis le GR Balcon-du-Léman

Rapidement la dent d’Oche est en vue. Le village de Reyvroz est atteint à 11 h 30 mn et la pause déjeuner est faite une heure plus tard sur le bord de la Dranse.

L'objectif du lendemain est déjà en vue : la dent-d'Oche
Arrivée à Reyvroz

A 14 heures, à 4 km de l’arrivée de l’étape du jour, un sommet enneigé se dévoile. Si certains en doutent encore, c’est bien le mont Blanc qui nous appelle et que nous rejoindrons en fin de séjour.

Pour ce dimanche, l’objectif (Vinzier) est atteint à 15 h 15 mn. Le dîner est pris en extérieur et il est temps de se coucher car demain le départ est prévu tôt.

Déjà on aperçoit le mont Blanc

Bilan de la journée : 21,7 km, 915 m d +, 466 m d -, IBP = 84, durée de l’étape 7 h 15

VINZIER – REFUGE de BISE

Lundi 26 août :

Réveil 6 heures (le jour se lève à peine sur la dent d’Oche), petit déjeuner préparé par le groupe, échauffement à 7 heures puis départ à 7 h 15 mn pour l’étape à l’indice d’effort le plus important de ce séjour. L’itinéraire emprunte dans un premier temps les petites routes, puis s’engage sur des chemins aux pentes variées.

Au cours de cette première partie, les occasions de contempler le Lac Léman restent fréquentes alors que la dent d’Oche se rapproche (à moins que ce soit le groupe qui s’en rapproche).

Lever du jour sur la dent d'Oche

Après 2 heures de marche et déjà 150 m de dénivelé négatif suivi de 550 m de dénivelé positif, le groupe marque une première pause au petit Chesnay.

C’est l’occasion d’entamer le repas du jour.

En effet compte tenu de l’effort demandé il est recommandé de répartir l’alimentation en plusieurs prises pour limiter l’impact de la digestion sur la progression.

La matinée se poursuit en traversant des alpages jusqu’au domaine skiable de Bernex.

Le GR suit alors un itinéraire de ski de randonnée dont un tronçon de 1 km avec une pente moyenne de 27 % qui ne laissera personne indifférent.

La récompense arriva toutefois à la Tête des Fieux d’où l’on peut contempler un magnifique panorama et découvrir ainsi au sud le mont Blanc et au nord le lac Léman.

Une pente à 27 % de moyenne ne peut laisser personne indifférent...
Tête des Fieux : panorama vers le nord
Tête des Fieux : panorama vers le sud

Après la seconde pause repas, le GR rejoint Bise par Pelluaz, le magnifique massif de la dent d’Oche où les premiers bouquetins font leur apparition.

Après avoir rejoint l’autre variante du GR5 qui part de Saint Gingolph, le  sentier redescend vers l’alpage de Bise où paissent des chèvres et des vaches de race abondance.

A l’arrivée, 9 heures après avoir quitté Vinzier, la glace au lait et/ou la tarte à la myrtille s’impose(nt) avant la douche et le dîner.

Les portes d'Oche
La descente vers l'alpage de Bise

Bilan de la journée : 18,4 km, 1633 m d +, 1068 m d -, IBP = 140, durée de l’étape 9 heures

REFUGE de BISE - REFUGE de TREBENTAZ

Mardi 27 août :

Après le petit déjeuner (l’occasion de redécouvrir le vrai goût du lait), et les échauffements, la journée commence à 8 heures par une ascension pour franchir le pas de la Bosse.

Puis l’itinéraire entame la descente sur la Chapelle d’Abondance où après quelques courses une pause est faite sur un pont enjambant La Dranse d’Abondance

Descente vers la Chapelle d'Abondance
Sur la passerelle enjambant la cascade du Bayard

Ayant atteint le point bas de la journée, il faut remonter.

La première partie longe la cascade de Sur Bayard,  traverse les bois pour atteindre le chalet des Crottes où le groupe fait sa seconde pause avant de quitter le GR5 et rejoindre le refuge de Trébentaz atteint aux environs de 15 h 15 mn.

La traversée des bois en route vers le chalet des Crottes
Le refuge de Trébentaz est en vue mais il faut encore une heure pour parcourir les 2 derniers kilomètres
Le refuge de Trébentaz

La vue est dégagée et le panorama splendide de tous côtés.
L’accueil est plus que chaleureux.
Une fois installés, les étirements faits dans un décor exceptionnel, vient le temps du dîner et des échanges qui font la richesse de ce type de séjour.
Et la nuit tombe sur le refuge, tout comme la pluie.

 

Étirements au refuge de Trébentaz

Bilan de la journée : 13,9 km, 1180 m d +, 836 m d -, IBP =106, durée de l’étape 7 h 15 mn

REFUGE de TRÉBENTAZ – ALPAGE LAPISA (Suisse)

Mercredi 28 août : 

A 8 heures, quelques chamois sont venus saluer le départ du groupe qui jette un dernier regard vers le refuge où il a passé la nuit. Le GR 5 est rejoint au niveau du col des Mattes puis traverse de vastes alpages, la réserve du mont de Grange avant d’aborder le vaste domaine des Portes du Soleil (Morzine-Avoriaz) où les myrtilles poussent abondamment.

Départ sous un regard attentif
Un dernier coup d'oeil au refuge de Trentaz
Les alpages...
...et une pensionnaire (vache abondance)
Morzine derrière le lac de Montriond

Le sentier pénètre ensuite dans le canton suisse du Valais par le col de Chésery, descend vers le Lac vert avant de remonter au col des Portes-de-l’hiver où le groupe fait la pause méridienne. Ne reste plus alors qu’à parcourir 5 km en descente pour atteindre l’alpage Lapisa avant l’arrivée de la pluie.

Frontière Franco-suisse
Canton du Valais (Suisse)
Savoie (France)
Le col des Portes-de-l'hiver
Arrivée au gîte Alpage de Lapisa

Si l’accueil est moins chaleureux qu’en France, le cadre reste grandiose et la fondue est l’occasion d’échanger avec un couple de randonneur hollandais qui traverse la Suisse via le chemin des cols Alpins. Cet itinéraire qui relie Saint-Gingolph à Coire, long de 610 km, est composé de 34 étapes et cumule un dénivelé de 37500 m

Bilan de la journée : 19,3km, 802 m d +, 871 m d -, IBP = 110, durée de l’étape 7 heures

ALPAGE LAPISA (Suisse) – SIXT-FER-A-CHEVAL

Jeudi 29 août :

8 heures, le soleil se lève sur l’Alpage Lapisa et le groupe se met en route vers le col de Coux, où il passera la frontière pour revenir en France. Du col, côté suisse on peut voir notre itinéraire de la veille depuis les Portes  de l’hiver, mais également les Dents du midi et les Dents blanches qui sont toutes proches alors que côté français on commence à deviner la longue descente qui conduit à Samoëns via le col de la Golèse, les Allamands et traverse la forêt.

Le col de Coux
Les dents du midi
Les dents blanches
Descente du col de Coux
Arrivée au col de la Golèse
Vallée du Giffre
Les gorges du Giffre
Passage délicat dans l'ancien lit du Giffre
Arrivée à Salvagny

Bilan de la journée : 24 km, 740 m d +, 1660 m d -, IBP = 110, durée de l’étape 8 heures

SIXT FER-à-CHEVAL – REFUGE de MOËDE ANTERNE

Vendredi 30 août :

Le soleil est revenu à 8 h 30  mn quand le groupe s’engage dans une étape majoritairement ascendante. La montée jusqu’au col d’Anterne est jalonnée par la cascade du Rouget, la cascade de la Pleureuse et de la Sauffaz

La cascade du Rouget
Cascades de la Pleureuse et de la Sauffaz

Un dernier coup d’œil au village de Salvagny et le groupe atteint le Collet d’Anterne puis les chalets d’Anterne où se situe le refuge Alfred Wills. Il est temps de profiter un peu de ce cadre marqué d’histoire et des panoramas pour faire une pause. Un patou affecté à un troupeau de brebis proche vient lui aussi se ravitailler au refuge, alertant les marmottes qui sont contraintes de courir se mettre à l’abri. L’ascension se poursuit et le Lac d’Anterne se dévoile et enfin le col d’Anterne

Salvagny depuis le collet d'Anterne
Col d'Anterne

L’objectif du jour est en vue en contrebas alors que le massif du Mont-Blanc se cache derrière les nuages. Lors de cette dernière descente un cri aigu d’un jeune bouquetin alerte le groupe qui admire son agilité pour rejoindre sa mère plus bas dans la falaise. Un peu plus loin c’est un mâle imposant qui broute paisiblement, sans se préoccuper des randonneurs qui passent juste à côté.

Bouquetin impassible
Le refuge de Moëde-d'Anterne et le massif du Mont-Blanc

Bilan de la journée : 15,6 km, 1564 m d +, 432 m d -, IBP = 117, durée de l’étape 7 h 30 mn

REFUGE de MOËDE ANTERNE - CHAMONIX

Samedi 31 août :

Lever du jour sur le massif du Mont-Blanc
Échauffements quotidiens face au mont Blanc

Le jour se lève à peine sur le mont Blanc pour la séance d’échauffements quotidienne.

Pour cette dernière étape le groupe s’élance à 7 h 15 mn et commence par une descente pour franchir la Diosaz, puis  c’est une longue ascension qui débute en forêt et se poursuit dans un pierrier où une quinzaine de chamois progressent  facilement et qui conduit au col du Brévent, le point culminant du séjour avant de plonger vers Chamonix

Descente vers la Diosaz
A l'approche du col du Brévent

A l’arrivée le groupe est acclamé par une foule dans une ambiance festive, à moins que ce soit pour l’arrivée des premiers concurrents de l’ultra trail du mont Blanc (UTMB), partis la veille et qui ont parcouru 171 km, 10 000 m de dénivelé. Le vainqueur a réalisé un temps de 20 heures et 19 minutes.

Notre groupe joue dans une autre catégorie. Il a parcouru en 7 jours 130,5 km, avec un dénivelé positif de 7619 m et un dénivelé négatif de 7006 m, mais a profité de paysages grandioses et d’une météo idéale.

Chamonix mont Blanc
Vallée de Chamonix

Bilan de la journée : 17,6 km, 785 m d +, 1670 m d -, IBP =115, durée de l’étape 8 h 15 mn

CHAMONIX - PESSAC

Dimanche 1er septembre :

Le séjour s’achève et il est temps pour chacun de rejoindre Pessac. Après le petit déjeuner certains repartent en voiture, les autres en bus vers l’aéroport de Lyon, puis rejoignent Mérignac plus ou moins rapidement en raison des perturbations provoquées par une panne informatique généralisée du système de transmission des plans de vols.

La saison 2018-2019 des grandes traversées des massifs montagneux s’achève, mais déjà la saison prochaine est en étude avec au programme la suite du GR 10 de Etsaut à Saint Lary en juillet, et la suite du GR 5 entre Chamonix et Modane en août.

Le programme est ambitieux, alors avis aux amateurs, entraînez-vous régulièrement pour pouvoir profiter le moment venu.

Les commentaires sont clos.